Edition 2018 du stage SeRaMa

21/07/2018

Depuis 2016, le Laboratoire des Matériaux de Construction organise une formation de 4 mois sur le thème de la valorisation des ressources secondaires pour une construction durable. L’accueil des stagiaires est permis grâce à l’ARES-CCD, qui octroie annuellement 10 bourses à des ressortissants des Pays du Sud.

 

Objectifs

L’objectif principal de la formation est d’offrir aux ingénieurs, architectes et techniciens actifs dans le secteur de la construction et du bâtiment, une formation pratique aux problématiques environnementales des activités de recyclage des déchets, de préservation des ressources primaires et de diversification économique.

 

Pour atteindre cet objectif, la formation veille à intégrer quatre dimensions intimement liées :

  • la connaissance et la détermination des propriétés physiques, chimiques et mécaniques des matériaux de construction et de leur impact environnemental : « DE QUOI AVONS-NOUS BESOIN ? »
  • la caractérisation et l’évaluation des ressources disponibles sous forme de déchets urbains et de sous-produits industriels et agricoles : « QU’EST-CE QUI EST DISPONIBLE ? »
  • le développement de techniques de traitement et de transformation des déchets : «COMMENT TRANSFORMER UN DECHET EN RESSOURCE SECONDAIRE ? »
  • l’évaluation économique et environnementale du recyclage : « EST-CE EFFICACE ? ».

 

Parallèlement à l’acquisition des compétences techniques, l’objectif de la formation est aussi de permettre à chaque stagiaire de :

  • développer un projet personnel et se familiariser avec les techniques d’investigation et de communication scientifique
  • contribuer et participer à un réseau international d’échanges et d’informations sur les problématiques de valorisation des déchets, dans un premier temps sous forme d’un forum de discussion thématique et, dans la suite, au sein de l’association créée par les anciens stagiaires
  • confronter son expérience à celle des ingénieurs du Sud et du Nord qui étudient les différents marchés susceptibles d’intégrer des déchets ou des sous-produits industriels
  • dégager les spécificités de la gestion des déchets et de leur valorisation dans leur région d’origine en fonction de conditions techniques, économiques, sociales et environnementales spécifiques (typologie des déchets, spécificité des constructions, climat, nature des activités, densité de population, etc.)
  • développer un esprit critique basé sur une analyse scientifique rigoureuse des problématiques environnementales.

 

 

Contenu de la formation

Le stage est basé sur une approche de type « résolution de problèmes ». La formation proposée met l’accent sur l’implication personnelle des stagiaires au travers d’un projet dont ils sont porteurs. Ils auront l’occasion, tout au long de la formation, de développer leur projet et d’en valider la pertinence en se confrontant à d’autres expériences soit au travers de la bibliographie, soit au travers de visites.

 

Les grandes étapes qui jalonnent le parcours du stagiaire tout au long de sa formation sont:

  • la recherche documentaire
  • la réalisation d’essais et d’analyses en laboratoire, y compris l’analyse des résultats
  • la communication orale et écrite de résultats scientifiques.

 

 

L’introduction à la recherche documentaire se fera par le biais de séminaires spécialisés montrant aux stagiaires les ressources disponibles (bibliothèques, revues, ressources internet,…) et leur apprenant à en faire une utilisation critique et raisonnée. Cette initiative essentielle s’appuiera sur une longue expérience pédagogique acquise avec les ingénieurs des constructions et architectes belges. Elle mettra à profit la richesse des ressources bibliographiques disponibles à l’Université de Liège et en Belgique Francophone, grâce à une collaboration avec l’Unité de Documentation Sciences et Techniques et le Centre Scientifique et Technique de la Construction.

 

La communication orale mettra les stagiaires en situation de présenter leur projet face à un auditoire spécialisé. Ils auront recours aux moyens audiovisuels modernes et devront démontrer leur capacité de synthèse et d’esprit critique. Une formation sera assurée par un spécialiste qui communiquera les règles permettant de réaliser des slides clairs et attractifs, ainsi que l’attitude à adopter en présentation orale de résultats.

 

La pratique de laboratoire leur permettra d’utiliser les différentes techniques d’analyse et de caractérisation des matériaux (machine de traction/compression, tamis en voies sèche et humide, granulomètre laser, tensiomètre, Blaine, titrateurs, centrifugeuses, etc.). Les stagiaires auront l’occasion de pratiquer ces techniques sur des matériaux naturels ou recyclés de leur pays tout comme ils pourront se confronter à d’autres problématiques environnementales de valorisation de déchets dans le Nord. Ces travaux de laboratoire devraient être l’occasion d’une collaboration et d’une interaction étroite entre les étudiants belges et les stagiaires.

 

Tout au long du séjour, les stagiaires se verront proposer des visites de terrain et d’usines destinées à leur faire découvrir des expériences de valorisation de déchets et sous-produits industriels et agricoles. La collaboration d’institutions fédérales comme le CSTC (Centre Scientifique et Technique de la Construction) ou régionale comme la SPaQue (Société Publique d’aide à la Qualité de l’Environnement) ou encore la participation des cellules de transformation et de valorisation des déchets de différentes entreprises sera recherchée.

 

Les participants se verront offrir des séminaires scientifiques et techniques basés sur des cas d’étude réels et destinés à attirer leur attention sur les innovations dans le domaine de:

  • les techniques de tri et de préparation des sous-produits et déchets
  • la construction des routes, en particulier au niveau des fondations et sous-fondations
  • l’architecture modulaire et des matériaux spécifiques nécessaires pour faciliter le « design for disassembly ».

 

D’autre part, au travers de séminaires spécialisés en socio-anthropologie du développement et en économie circulaire, ils apprendront à intégrer leur projet dans l’environnement local, sur base de considérations économiques et sociétales. Cet aspect est fondamental : une démarche socio-anthropologique permettra aux stagiaires de réfléchir aux conditions préalables à l’introduction de l’innovation technologique et, plus généralement, à l’introduction d’un changement social au sein de leur communauté. L’étude du tissu économique local complètera cette analyse en rendant plus réaliste le projet technique de valorisation des ressources secondaires au niveau local.

 

Conditions d'admission

Le stage s’adresse prioritairement à des diplômés (Master en Sciences de l’ingénieur) issus des filières de formation en Constructions, Architecture, Géologie, etc. Il est élaboré avec une attention particulière pour les diplômés de pays qui sont confrontés à une démographie importante (besoin en matériaux de construction) et une activité industrielle (notamment minière), qui sont source d’un gisement important en termes de déchets et de sous-produits industriels. Les pays grands producteurs de céréales, et notamment de riz, sont également concernés dans la mesure où la combustion (incinération) permet d’obtenir, en plus de l’énergie produite, des résidus valorisables dans la construction. L’intention est de leur donner une formation pratique et une possibilité de mise en réseau qui leur permette de participer au déploiement de l’activité de leur pays dans le domaine de la construction.

 

La formation s’adresse à des techniciens provenant notamment de :

entreprises de construction et de génie civil

  • entreprises de recyclage
  • administrations en charge de la gestion des déchets
  • département des travaux dans les collectivités locales
  • ONG actives dans la collecte et le tri des déchets
  • bureaux d’études en constructions et en environnement
  • centres de recherches
  • administrations et ministères (équipement, logement, environnement, ressources naturelles)
  • organismes de contrôle et de sécurité, etc.

 

Le recrutement des stagiaires donnera priorité aux candidats ayant une expérience professionnelle dans les domaines de la construction et du recyclage des déchets. Les candidats doivent présenter un projet concret qui sera parrainé par une administration, une ONG ou une entreprise. La qualité du projet présenté par les candidats stagiaires et l’exposé de leur motivation seront un élément essentiel du recrutement : le projet comprendra idéalement une identification du déchet à valoriser, une étude des besoins techniques de caractérisation, ainsi qu’une ébauche d’évaluation du gisement (maximum une page).

 

Informations pratiques

Nombre de bourses disponibles: 10

Durée de la formation: 4 mois (du 9 avril au 22 juillet 2018)

Langue de l'enseignement: français. En outre, une connaissance passive de l’anglais est souhaitée pour pouvoir profiter pleinement des documents bibliographiques les plus récents ainsi que pour communiquer avec certains experts du domaine.

 

Responsable académique: Luc Courard

Responsable scientifique: Maxime Evrard

Personne de contact: Nadia Elgara