Lundi 18/02/2019: 334e conférence CERES « Le Pont de l'Atlantique à Panama, record du monde des ponts haubanés en béton», par Monsieur Eric Joly

18/02/2019

Nous avons le plaisir de vous convier à la 334e conférence du CERES. Celle-ci s'intitule:  « Le Pont de l'Atlantique à Panama, record du monde des ponts haubanés en béton». Elle sera donnée par Monsieur Éric Joly, Directeur adjoint, Département Conception Etudes Structures, VINCI Construction Grands Projets. Le président de séance sera Monsieur Vincent de VILLE de Goyet, Prof.

 

La conférence aura lieu le lundi 18 février 2019 à 17h30, à l'auditoire 01 Bât. 37 (sur le campus du Sart-Tilman). Elle sera suivie d'un cocktail ainsi que d'un diner à 20h au restaurant "L'Héliport" (château de Colonster, allée des Érables à 4000 Liège). La participation à la conférence est gratuite, mais pour sa bonne organisation, il vous est demandé de vous inscrire pour le jeudi 14 février 2019 à midi au plus tard, via le lien d'inscription suivant https://my.uliege.be/portail/go_xt.do?a=o%7C11004%7Ce%7C347468

 

Résumé :

La troisième traversée du Canal de Panama, réalisée au nord des écluses de Gatún sur la côte nord de l’Atlantique, répond à l’engagement pris par l’ACP (Autoridad del Canal de Panama) de désenclaver la région de Colon après les travaux d’élargissement du canal et la construction du troisième jeu d’écluses. Cette traversée de près de 3km comprend un pont principal haubané de 1050 m de long, avec une portée centrale de 530 m, et des viaducs d’accès de 1 125 m à l’Est et 906 m à l’Ouest.

 

Près de 130 ans après les difficultés de Ferdinand de Lesseps dans la « cupe Culebra » pour les travaux du canal, ce projet marque le retour de l’ingénierie française au Panama. Le pont à hauban est ainsi un record mondial de portée pour un tablier entièrement béton.

Les conditions de site difficiles, que ce soit l’accès au canal, la géologie, la sismicité, les conditions de vent ou l’humidité omni présente, ont en effet nécessité de prévoir des dispositions particulières pour assurer la sécurité des ouvrages, en situation de construction et en service.

Les modes constructifs ont dû être rationalisés en fonction des moyens humains et matériels mobilisables.

 

Après un petit rappel historique, l’exposé sera l’occasion de détailler les caractéristiques exceptionnelles de ces ouvrages, tant sur l’ingénierie déployée que sur les moyens mis en œuvre pour les construire.