RMUD 2019

ULiège Raw Materials University Day



Le mardi 29 octobre 2019, l’Université de Liège accueillera le Raw Materials University Day. Organisé par l’European Institute of Technology, cet événement vise à sensibiliser le grand public, et plus particulièrement les étudiants de l’enseignement secondaire, à l’importance des matières premières et des métiers liés à la gestion et l’exploitation de ces dernières.

Durant cette journée, différentes facettes du métier d’ingénieur géologue et de géologue seront abordées à travers de multiples activités :

  • À la recherche des métaux cachés : parcours découverte, à la recherche des métaux et des pierres ornementales qui se cachent dans notre environnement
  • De la carrière au labo : réalisation d’expériences de vulgarisation scientifique
  • Transition énergétique, matières premières et économie circulaire. Et vous, qu'en pensez-vous ? En guise de clôture, une table ronde qui confronte les points de vue des scientifiques, des industriels et de la société civile. Intervenants : Éric Pirard (ULiège), Patrick Vandenbossche (Agoria) et Guillaume Pitron (journaliste).

Informations pratiques

Ateliers, exposition et départ des balades découverte

De 14h à 18h
À la Maison de la Science
Quai Édouard Van Beneden, 22
4020 Liège

Participation gratuite.

Aucune inscription préalable requise.

Table ronde

De 18h30 à 20h

À la salle académique (bâtiment A1 - Bâtiment central - 20-Aout)

Place du 20-Aout,7

4000 Liège

Participation gratuite, mais inscription préalable nécessaire, étant donné le nombre limité de places disponibles.

S'inscrire

 

Transition énergétique et économie circulaire

Il y a quelques siècles encore les agriculteurs et les forgerons utilisaient une énergie exclusivement renouvelable. Qu’il s’agisse de la force animale, du charbon de bois ou même du moulin à vent, ces énergies étaient largement disponibles et ne nécessitaient pas d’infrastructure exceptionnelle. On utilisait tout au plus sept métaux pour servir des besoins aussi divers que l’armement, la construction ou la joaillerie : l’or ; l’argent ; le fer ; l’étain ; le cuivre ; le plomb … et le mercure.

La révolution industrielle a multiplié par mille les besoins en énergie de chaque individu, la biomasse n’étant plus capable de suivre, on s’est tourné vers la biomasse fossile et depuis lors nous n’avons jamais autant extrait de lignite, de charbon, de gaz ou de pétrole qu’en 2019. Cette consommation, ou plus exactement consumation, frénétique est interpellante et pose inévitablement la question des limites que ce soit par le biais d’une analyse des réserves restantes ou par le souci de limiter les émissions de CO2 dans l’atmosphère. La croissance ininterrompue de la démographie et l’accès d’un plus grand nombre à un meilleur confort matériel ne font que renforcer ce sentiment pressant d’un nécessaire changement de cap. La grande chance de l’humanité est qu’il existe encore suffisamment de ressources fossiles pour se donner le temps d’analyser un possible avenir énergétique, qu’il soit centralisé ou décentralisé, qu’il repose sur une meilleure maîtrise du nucléaire, une meilleure connaissance des ressources de la géothermie ou une meilleure performance des technologies éoliennes et photovoltaïques. Pour beaucoup d’ingénieurs et d’énergéticiens il n’y a en tous cas pas lieu d’agir dans la précipitation sous la menace d’une urgence climatique ou d’un ukase anti-nucléaire.


L’économie circulaire des métaux est un paradigme intéressant pour réfléchir le développement durable. Mais ce n’est qu’un paradigme et pour qu’il devienne réalité il est indispensable de s’atteler aux quatre défis majeurs qui nous attendent en mettant en place les technologies, les normes et les règles économiques indispensables.

Défi numéro 1 : Alimenter la boucle (FEED THE LOOP)

Défi numéro 2 : Optimiser le stockage des métaux (BUILD THE LOOP)

Défi numéro 3 : Prolonger la durée d’utilisation (SLOW DOWN THE LOOP)

Défi numéro 4 : Améliorer nos capacités de recyclage (CLOSE THE LOOP)

 

Géologue, vous avez dit géologue?

Les géologues et géo-ingénieurs étudient la terre, et en particulier les ressources du sous-sol, avec la double mission de les mettre à disposition de la société et de les protéger de toute dégradation. Qu’il s’agisse d’explorer et d’évaluer les ressources en eau, en hydrocarbures, en matériaux de construction ou en minerais métalliques, les géologues et géo-ingénieurs doivent avoir une excellente compréhension des mécanismes naturels (géologie structurale, sédimentologie, pétrologie magmatique, minéralogie,…). Ils doivent être capables d’utiliser les satellites de dernière génération pour l’observation de la terre (télédétection), de développer de nouvelles techniques pour l’imagerie du sous-sol (géophysique) ou encore de maîtriser les outils mathématiques les plus avancés pour la modélisation en 3D (géostatistique)et même 4D des ressources (modélisation des écoulements souterrains,…).

Trop souvent méconnue du grand public, la géologie est pourtant au cœur des questions de société et elle est une conseillère indispensable sur la voie du développement durable. Qu’il s’agisse de mitiger l’impact de l’activité humaine sur les écosystèmes et les ressources en eau, d’anticiper les catastrophes naturelles sur les populations locales et les infrastructures ou encore de gérer durablement les sources de matériaux et de minerais en maîtrisant les risques de pollution, le géologue et le géo-ingénieur entretiennent le dialogue entre l’homme et la nature, entre l’environnement et l’industrie, entre l’héritage du passé et l’anticipation de l’avenir.

 

Devenir (ingénieur) géologue à l'Université de Liège

Pionnière dans la formation des géo-ingénieurs depuis plus de cent ans, l’ULiège est une université de référence en Europe comme en témoigne sa large offre de formations, sa présence dans les réseaux européens de premier plan et l’excellence de sa recherche.

Elle propose des formations plus orientées vers la compréhension de l’environnement naturel comme le Master en Géologie (Faculté des Sciences) et des formations plus directement orientées vers l’exploitation et la protection des ressources comme les formations de Master Ingénieur Civil des Mines et Géologue (Faculté des Sciences Appliquées).

A l’occasion de la journée européenne des matières premières, l’ULiège est particulièrement fière de mettre en valeur le Master in Resources Engineering (EMerald). Labellisée par la KIC EITRawMaterials, cette formation en deux ans, permet aux meilleurs ingénieurs de se spécialiser tant dans les matières premières primaires que dans le recyclage. Outre la qualité de la formation, les étudiants de toutes nationalités ont l’occasion de vivre un parcours multiculturel et entrepreneurial commun qui au départ de Liège les amènera à étudier dans les meilleures universités du domaine en France, en Suède et en Allemagne.

Partagez cette news